Others
Biographie de Che Guevara


UNE BIOGRAPHIE DE CHE...

ERNESTO "CHE" GUEVARA DE LA SERNA

C’est un peu par hasard la naissance du nouveau-né des Guevara.
Son père, Ernesto Guevara doit arrêter ses études d’architecture pour se marier avec Celia de la Serna, une jeune bourgeoise de vingt ans qui vient de finir ses humanités dans le collège français du Sacré-Cœur de Buenos-Aires. Orpheline depuis son enfance, elle est emprisonnée par ses frères qui l’opposent à l’idée de se marier avec le jeune Guevara.

Tous les deux prennent le chemin pour s’éloigner de la capitale, on est en 1927. Ils s’installent au sud extrême de l’Argentine, ce qui fait mille deux cents kilomètres de Buenos-Aires. Héritier d’un patrimoine partagé avec ses 11 frères et sœurs, il achète une grande quantité de terre,il y cultivera un yerbal. Misiones* n’est pas une région appropriée pendant longtemps pour Ernesto Guevara. Pour que le nouveau Guevara qui naît dans pas longtemps soit mieux soigné, lui et sa femme décident de quitter la Misiones et retournent à la capitale ou des hospitalisations confortes ne sont pas manquantes. Pour ça, il faut reprendre comme il y a un an, le fleuve Uruguay qui leur promet une semaine de navigation. Pendant le chemin, ils font une pause à Rosario de Santa Fe en Argentine.C’est la où Ernesto ouvre les yeux pour la première fois.

On le baptise comme son père, Ernesto, et on l’appelle Ernestito (le petit Ernesto) pour ne pas le confondre avec le père. Personne n’imaginait que Ernesto sera un être magnifique chez les Guevara : orateur et fidèle, il ne ressemble pas à son père seulement pour son physique mais, depuis qu’il est petit, il a un caractère très fort pour un jeune adolescent. Deux mois après sa naissance Ernesto attrape une maladie sérieuse, la broncho-pneumonie* qui vraisemblablement est de sources climatiques et aussi sociales vu qu’à Rosario les saisons sont inversées. Au mois de juin on est déjà en hiver, mais les chauffages restent un luxe, car les gens considèrent que c’est inutile pour un endroit ou le minimum de température est de 8 degrés.

« C’étaient des années difficiles mais heureuses* » son père s’exprime. Pourquoi difficiles ? Vivre dans un pays ou les propriétaires font la loi, lui qui est un vrai socialiste qui a feuilleté, et adhéré les idéologues communistes de Marx, Freud et d’autres. Malgré tout ces difficultés qu’ils subissent à Misiones ils sont heureux les parents de Che, car Ernesto il était la, parmi les Guevara, on le voyait, même si c’est dur pour les parents de le voir miauler quand il dormait*, comme un vieux de quatre-vingts ans, alors qu’il a seulement quelques mois de vie. Cette maladie qui le poursuit tout ces années de l’air et respiration difficile se démasque pour la première fois à San Isidro, un banlieu près de Buenos-Aires. C’est là où Ernesto fait sa première crise d’asthme.

LES PERIPETIES D ERNESTITO avec l'asthme

N’ayant pas d’expérience sur l’asthme, les parents de Che décident avec l’aide d’un docteur de déménager dans la petite bourgade* d’Alta Gracia, qui se trouve près de la montagne. C’est une région fréquentée par les gens qui aiment les beaux paysages et aiment respirer de l’air léger, même s’ils n’ont pas forcément des problèmes respiratoires. Dans ces conditions, le petit Che a commencé a s’intégrer. Célia, sa mère l’a appris à lire et à écrire. Mais ce n’était pas évident, car, elle voulait sortir Ernesto de son coin. Elle prend sa décision d’inscrire Ernesto dans une école ou les familles des pauvres inscrivaient leurs enfants.
Che commence peu à peu à s’ouvrir, connaître les gens, former son entourage comme un oiseau qu’on le libère de son cage*. Déjà à l’age de 9 ans l’inégalité sociale le dérange. Il se fait beaucoup d’amis dans cette école. Ses copains le considèrent comme celui qui est le plus capable d’avoir des idées intéressantes pour eux. Ses parents étant moyennement riche, même si les difficultés financières sont présentes, ils aident les enfants de l’école et des fois Ernesto les invitaient chez lui. Il gagne ainsi une crédibilité et une réputation agréable. Ernestito n’est pas seulement l’enfant généreux, toujours prêt à aider ses amis et calme, mais aussi un élève rebelle. Il est bon en natation,tennis, équitation, golf, ping-pong, il commence le rugby à l’âge de 14 ans, et tout cela, pour se venger de l’asthme.
Ses parents l’encouragent beaucoup, et son entourage aussi, surtout son meilleur ami Alberto Granada », avec lequel il suit plus tard une longue aventure de dix milles kilomètres.

Différent aux certains adolescents de son age il adore la lecture. Déjà à l’âge de 15 ans il s’intéresse a Freud*, Kipling*, Shakespeare*, Baudelaire*, Garcia Lorca*, Sophocle*, etc. Il écrit aussi des poèmes, et il rédige plus tard un traité de philosophie, inspiré de Voltaire.

CHE L ADULTE, LE REVOLUTIONAIRE

Alberto Granada médecin diplômé en biochimie* est le meilleur ami de Che. Ils se lient entre eux aussi pour des raisons professionnelles. Alberto, c’est celui qui lui reste fidèle pendant tout ces années qu’ils passent ensembles.

Ernesto n’aimait pas particulièrement la médecine, mais pour aider à son prochain, ou pour lui améliorer la vie, il a pris cette option. Le chemin qu’il préfère c’est plutôt celle des paysans de champs, les rues, le chemin d’un ouvrier simple. En 1947 donc il décide de devenir médecin. Comme toutefois, il a de la chance. Alberto lui propose de le rejoindre là ou il travaille, pour découvrir la pratique, la léproserie et surtout et avant tout aider les lépreux.

Marchant sur les chemins de la maturité, il décide donc toujours a la compagnie de son meilleur ami de faire un voyage qui dure sept mois, et dix mille kilomètres. Ils parcourent tout les deux toute l’Amérique du Sud, là ou les indiens souffrent, la où la pauvreté le mets dans un état de pleutre et de désarroi. Pour ses mauvais et ses beaux souvenirs, avant la révolution il conserve un journal qu’il appelle : « Voyage à motocyclette ». (Cette œuvre a été adapté pour la réalisation d’un film nommé : « Carnets de voyage » réalisé par Walter Salles «).

La première fois où on trouve les traces d’un « Che «  révolutionnaire* c’est la première rencontre avec Fidel Castro qui dure toute une longue nuit d’automne. Ignorons ce qu’ils deviennent plus tard, le plus important c’est qu’au départ ils ont un idéal commun : lutter contre l’impérialisme* et chasser le gouvernement tyrannique* et dictatorial* de Fulgencio Batista au Cuba. On a tendance à oublier que le médicin qui veut participer à l’expédition contre le système nord-américain comme un médecin est un Argentin, mais il fait quand même partie des guérilléros de Cuba (il se déclare plus tard par le nouveau conseil des ministres comme un CITOYEN CUBAIN).
Et voilà les racines de la révolution cubaine : le 25 novembre de 1956 à l’aurore de ce jour, après une longue nuit de conversation entre Che Guevara et Fidel Castro.

Elle est courte l’expédition de Fidel Castro. Il achète un yacht* de 12 mètres,le « Ganma » qui ne sait prendre seulement 25 voyageurs et dans le yacht embarquent 82 hommes. La tempête secoue le bateau, et il ne restent pas beaucoup de vivants, au moins, suffisamment pour ne pas être capable à se battre. Les 82 hommes du bateau Granma s’échouent juste après, ce qui donne une motivation à Che pour devenir un des guérilléros. Les Boliviens paient une somme de 4000 dollars pour la tête de Che Guevara. C’est ces jours là qu’il devient le CHE.


Nous sommes vers les années 1950-1955.
C’est dans cette époque là ou Che a rencontré sa première femme Hilda Gadea. Elle n’était pas trop belle de son physique : petite, d’origine mixte indienne et chinoise, mais pour Ernesto elle représentait un tempérament spécial. A la limite elle était une anti-impérialiste, et réfugiée politique comme lui. Ils lisent ensemble tout œuvres en ce qui concerne la sociologie, la philosophie, le communisme, Tolstoï, Marx, Engels, Lénine. Il faisaient souvent des discussions sur le future, ils se posaient des questions sur les plans de continuation de leur expédition, ils discutent sur des œuvres qui traitent des issues intéressants pour eux : comme Le Capital de Marx, L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme de Lénine, l’origine de la famille, de la propriété privée et de l’Etat, et autres travaux comme le socialisme utopique, au socialisme scientifique d’Engels.


Les barbudos* menènt une guerilla* contre le pouvoir pendant deux ans. 1959. La première victoire connue est celle de 17 janvier 1957, an un plus tard avec l’attaque de la caserne navale de la Plata. Les barbudos commencent à se mobiliser encore plus intensivement après cette victoire. Che prend le commandement des forces rebelles de cette région, qui sympathise les insurgés*. Peu de temps avant l'entré des guérilléros dans La Havane, Batista s'enfuie le 1er janvier. Déjà en décembre l’armée et la dictature de Batista prennent fin.

Un nouveau gouvernement s’installe au Cuba. Et ainsi défilent des années au Cuba.
On s’arrête quelque part vers 1964.Che se fait ministre de l’industrie en 1961.
Che prend sa décision pour partir incognito* au Congo, et apprendre la guérilla au congolais qui se luttent après contre le néo-colonialisme du Congo ex-Belge, reprise par les nord-américains, et qui s’attaquent par des avions avec des pilots contre- castristes. Au Congo il commande du 21 avril jusqu’au novembre 1965. Il est rejoint
par plus de cent milles militaires cubains internationalistes* volontaires qui ont combattu sur les fronts de la guérilla de l’Amérique latine et de l’Afrique.









La fin des guérilléros et la mort du Che Guevara

Le 3 novembre 1966, Che pénètre à la frontière bolivienne avec l’objectif d’ouvrir un nouveau plan révolutionnaire. En Bolivie l’attendent des guerilléros boliviens, et péruviens (une dizaine de personnes) mais ils ne sont pas suffisants pour combattre les soldats des autorités boliviennes aidés par 4000 soldats américains. Ainsi ils sont obligés de quitter le front quelque part au printemps de l’an 1967.

Les guérilléros sont fatigués, épuisés, et démotivés pour continuer leurs batailles. La révolution se montre indifférente, et sans espoirs. L’asthme poursuit Che, jusqu’à ce que la mort lui vienne en face. Et, il ne mort pas de cette maladie qu’il réussit a la vaincre avec succès pendant des longues années.

Un matin du 8 octobre 1967 à Santa-Cruz deux guérilléros sont capturés, Che aussi.
Mario Teran, le sous officier commandé par le gouvernement des Etats-Unis exécute Ernesto Che Guevara le lendemain de son emprisonnement.

Son commentaire :

« Quand je suis entré, le Che était assis sur un banc, le dos au mur et les poings liés. En me voyant il a dit : Vous êtes venu me tuer? Je ne pouvais pas me décider à tirer, alors il m'a dit : Calmez vous, vous allez tuer un homme. J'ai reculé d'un pas vers le seuil de la porte, j'ai fermé les yeux et j'ai tiré une première rafale. Le Che est tombé par terre [...] j'ai tiré une deuxième rafale « 


Che après sa mort : son mythe oublié renaît vers les années 1990.

Ernesto n’est pas seulement un héros après sa mort, il est héros déjà de son vivant Dans les années 80 l’idôl semblait être oublié, car probablement, ces années-là ne sont pas les années des grands révolutionnaires.

Mais en 1997 un certain intérêt sur Che se voit dans les yeux de gens, plusieurs biographies apparaissent, des projets cinématographiques, etc.

Il faut aussi citer qu’un ancien officier bolivien dit qu’Ernesto Che Guevara est enterré près de la piste de l’aéroport de Vallegrande, mais ce n’est pas sur parce que les recherches sont interrompues à cause du mauvais résultat.



*** Je sais qu'on peut trouver des milliers de biographies de Che ailleurs, mais j'ai voulu le faire ici, car c'était mon travail de fin d'année :).

Pour la suite du blog, je terminerais une autre fois

ET SURTOUT, CORRIGEZ MOI LA OU VOUS PENSEZ QU IL Y A UNE ERREUR :)



Citations et poèmes de Che

Tu vas mourir , vielle María ,
Je veux te parler sérieusement :
Ta vie fut un rosaire entier d’agonies,
elle n'eut ni homme aimé , ni santé , ni argent ,
juste la faim à partager ;
je veux parler de ton espérance , des trois espérances distinctes
qu'a fabriquées ta fille sans savoir comment .
Prends cette main d'homme qui paraît être celle d'un enfant
dans les tiennes usées par le savon jaune.
Frotte tes cals durs et les noeuds purs de tes doigts
à la honteuse douceur de mes mains de médecin .
Écoute , grand-mère prolétaire :
crois en l'homme qui vient ,
crois dans l'avenir que jamais tu ne verras .
Ne prie pas le dieu inclément
qui toute une vie a trompé ton espérance ;
N'implore pas clémence à la mort
afin de voir tes caresses brunes grandir ;
les cieux sont sourds et en toi commande l'obscur ;
surtout tu auras une rouge vengeance ,
je le jure a l'exacte mesure de mes idéaux
tes petits-enfants vivront tous l'aurore .
Meurs en paix , vielle combattante .
Tu va mourir , vielle María ,
trente ébauches de linceul
te diront adieu d'un regard ,
le jour proche de ton départ .
Tu vas mourir , vieille Marìa ,
les murs de la salle resteront muets
meme si la mort se conjugue avec l'asthme
et copule amoureusement avec lui dans la gorge .
Ces trois caresses faites de bronze
(la seule lumière qui soulage ta nuit) ,
ces trois petits-enfants drapés de faim ,
regretteront les noeuds des vieux doigts
ou toujours ils trouvèrent quelque sourire .
Ce sera tout , vieille María .
Ta vie fut un rosaire de maigres agonies ,
elle n'eut ni homme aimé , ni santé , ni joie ,
juste la faim à partager ,
ta vie fut triste , vieille María .
Lorsque l'annonce de l'éternel repos
trouble la douleur de tes pupilles ,
lorsque tes mains de pérpétuelle souillon
absorberont la dernière innocente caresse ,
pense à eux . . . et pleure ,
pauvre vieille María .
Non , ne le fais pas !
N'implore pas le dieu indolent
qui toute une vie a trompé ton espérance
n'implore pas clémence a la mort ,
ta vie horriblement habillée de faim ,
s'achève habillée d'asthme .
Mais je veux t’annoncer,
avec une voix basse et virile , les espérances ,
la plus rouge et virile des vengeances
je veux le jurer à l'exacte
mesure de mes idéaux .
Prends cette main d'homme qui paraît être celle d'un enfant
dans les tiennes usées par le savon jaune ,
frotte tes cals durs et les noeuds purs de tes doigts
à la honteuse douceur de mes mains de médecin .
Repose en paix , vieille María ,
repose en paix , vieille combattante ,
tes petits-enfants vivront tous l'aurore ,
JE LE JURE .




Blogs, Penpals...
Find Penpals (for kids)
Biographie de Che Guevara (Others)    -    Author : Ilyrian - Belgium


11096 visitors since 2006-07-23
last update : 2006-07-25

Blogs  @  Etudiants du Monde / Students of the World
Students of the World >> Blogs >> Others >> Blog #7975
Create your own blog (free)

Student jobs, Summer jobs... all over USA
Author area
Password :
Forgot password? - unpublish