Art
©ART-HE JunQin-Contemporary Chinese Artist /artistes chinois contemporains
(image trop grande)

©art-HE JunQin
hejunqin2000@hotmail.com
PARIS SHANGHAI










Pour la première fois je me trouve dans une situation d’observateur de moi-même…

Pour moi, concevoir une œuvre d’art c’est affirmer la volonté de faire lien, d’établir un lien très précis avec la société, l’époque et ses événements. C’est m’immerger dans mon époque, mais sans passivité, en trouvant au contraire des équivalents visuels précis et contradictoires, comme marques d’un moment de l’histoire de la société.

-

L’année 1976 est une date capitale pour l’histoire contemporaine de la Chine.
Mao et plusieurs chefs politiques meurent, dix années de révolution culturelle s’achèvent et la Chine commence la politique de l’enfant unique. Dans l’inconscient collectif, la vie uniquement pour le régime communiste va cesser, une vie individuelle et la reconstruction du pays vont pouvoir commencer. L’idéologie politique extrême et la façon de vivre qui l’accompagne vont prendre fin, et une nouvelle idéologie de désir d’argent , sans précédent dans l’histoire contemporaine de la Chine, va commencer.
Aujourd’hui tous les phénomènes de la nouvelle économie en Chine témoignent de la coupure idéologique et économique qui avait commencé.
La vraie différence c’est qu’auparavant le peuple chinois était simple et honnête, ignorant et sans libre-arbitre, alors qu’aujourd’hui les gens sont devenus cupides, gonflés de désirs, presque sauvages.

Du ‘‘Grand bond en avant’’ au Grand boum économique,
de la pauvreté égalitaire au capitalisme sauvage,
de la révolution culturelle au culte de l’argent, le peuple subit une Chine d’abord sous l’emprise de Mao puis précipitée dans une économie de marché frénétique. Le plus dramatique, c’est que faire de d’argent est devenu aujourd’hui la seule conviction possible.
Armée de la seule conviction de l’argent, la nouvelle génération montre une nouvelle identité, de nouvelles valeurs et rejette la simplicité, l’honnêteté, au même titre que l’ignorance et le manque de libre-arbitre de la génération précédente.

-

La nouvelle génération à laquelle j’appartiens diverge complètement de celle de mon père :


Hier, le peuple idolâtrait Mao comme un dieu sur terre
et demandait qu’il lui prouve sa propre valeur. La génération de mon père a vécu l’extrémisme politique et une révolution dogmatique qui se sont infiltrés dans chaque chose de la vie. La plupart des gens vivaient dans l’adulation, l’utopie, le culte.
Coupée du monde, les gens vivaient dans un climat politique et une idéologie radicale qui auraient dû apporter le bonheur. Mais
quand l’apathie devient une habitude, l’insensibilité devient la norme,
n’importe quoi paraît raisonnable.


Aujourd’hui, nous, les descendants de la génération de mon père,
nous continuons à vouloir façonner une utopie du bonheur.

La différence est que notre génération peut sortir du pays et voyager partout. Nous acceptons de vivre dans une culture mondiale et nous essayons d’assimiler
les mentalités, les règles du jeu et les points de vue esthétiques occidentaux
pour être mieux équipés, mieux armés. Les jeunes Chinois qui ont vécu à l’étranger développent des valeurs et une identité différentes, et le dieu sur terre est maintenant dans chaque individu.

La génération précédente transforme les rêves qu’elle n’avait pu réaliser en aidant la génération actuelle à concrétiser ses propres rêves, son espoir de liberté et ses propres valeurs
en allant à l’étranger. Mais quand les jeunes de la nouvelle classe moyenne rentrent au pays, ils se découvrent avec une identité et une mentalité qui n’est ni occidentale, ni chinoise.
Les nouvelles valeurs découvertes en Occident agissent comme des modes incontournables en Chine et créent de nouvelles positions sociales. De même que l’ignorance était en son temps une mode,
les jeunes Chinois adoptent aujourd’hui les valeurs occidentales pour devenir
l’élite du pays.


-

Je suis en ce moment le spectateur de deux générations qui ressemblent à des marionnettes qui auraient des manipulateurs différents : pour la première, l’utopie de Mao, et pour la nouvelle, l’idéologie chinoise qui mime l’utopie occidentale.
La vie et la liberté d’une marionnette lui est donnée par ses manipulateurs, qui lui attribuent valeur et position sociale.

Chacun croit fermement à son tour qu’en empruntant ces chemins il parviendra au bonheur.

Mais l’histoire de la génération précédente ne doit pas se reproduire à travers la nôtre, même si on trouve le même élan, la même confiance dans une nouvelle utopie.

-

Dans mon travail, je veux confronter ces deux générations de l’Histoire.

Je mets en place une dramaturgie pour mettre en image la façon de vivre, la mentalité et l’identité sociale des deux générations, leur élan dogmatique et aveugle pour construire une utopie. J’ironise sur la naïve conception du bonheur de ces deux générations. Et j’essaye de révéler la crise des idéologies au sein des deux générations.
En effet, dans les deux cas, c’est un tiers, Mao ou maintenant l’Occident, qui nous donne l’assurance de notre identité, de notre propre valeur et de notre position sociale.



DOUBLE HAPPINESS :
(Impression numérique 145 x 145 cm, 2005 Paris)

Le fond du tableau est un motif d’une marque de cigarette « Double Happiness » qui crée une forme de rayonnement. Ce disque gigantesque qui s’apparente à la roulette russe représente la roue du temps.
Je choisis un moment symbolique pour les deux générations, moment d’élan extrême vers le bonheur. Le moment de la prise de vue photographique comme moment où l’on fixe un moment heureux. J’ai choisi de représenter un moment de bonheur extatique. Ces gens sont plongés dans le sentiment du bonheur lié à l’utopie.
Ils sont dans différentes postures physiques drôles. Au milieu, le symbole de la nouvelle génération, un nouveau-né. Derrière lui, le symbole de la génération de Mao est en train de disparaître. La vigueur de la nouvelle génération est en train d’écraser l’ancienne. C’est une utopie comme le nom de la marque de cigarette Double Happiness ; derrière cet euphémisme se cache une crise des idéologies.
Nous, nous parions notre vie à la roulette russe des utopies.



BIG BANQUE :
(Impression numérique 150x 150 cm, 2005 Paris)

J’utilise deux sortes de tickets distincts qui montrent deux modes de vie radicalement différents. Ici, le ticket ne montre pas seulement sa fonction mais aussi sa valeur historique. Ensemble, ils symbolisent les différences dans la vie des deux générations, les marques de l’histoire. Au milieu, la nouvelle génération chinoise regarde la précédente. Les regards entre les deux générations sont un peu étranges, comme si elles ne se connaissaient pas, comme des inconnus. Les tickets qui soutiennent chaque figure forment deux camps opposés.
Il s’agit d’une coupure dans les mentalités, les façons de vivre et les idéologies.
Big Banque fait écho au Big Bang, cette explosion originelle, à la fois forme de destruction et possibilité de renaissance.



LES GARDIENS DE L’UTOPIE :
(Impressions numériques 200 x 128 cm chacune, 2005 Paris)

Dans la tradition culturelle chinoise, les Dieux gardiens du foyer protègent le bonheur de la famille et la maison des mauvais esprits et des monstres. Ici, les deux gardiens du foyer sont en position de combat symétriquement l’un dirigé contre l’autre.
J’ai transformé ces deux gardiens des deux différentes utopies entre la génération de nos parents et la nôtre. Au fond, se trouvent différents symboles et l’imagerie populaire de ces deux époques.
Les tickets sont organisés en une forme rappelant le rayonnement de la force qui soutient chaque gardien. Je présente par cette dramaturgie les deux gardiens du foyer comme les gardiens de ces générations et gardiens des utopies des deux générations.



LA LOGE
(vidéo, 5 minutes, 2003 ShangHai)

Je me filme de dos devant l'image prise dans le bus de ShangHai comme si j'étais installé dans une loge de théâtre. Je regarde la vie quotidienne à ShangHai, à Paris. Je la regarde comme on regarde un spectacle qui se déroule devant soi et dont on se sent proche et éloigné. Je suis à la fois acteur et spectateur. Je me dédouble, comme celui qui, à l’extérieur de cette situation, me regarde regarder.


-


Pour moi, le cercle est toujours un tout dynamique, qui se transforme. C’est une manière à la fois plus chinoise et plus personnelle d’essayer de comprendre de l’intérieur.
Le cercle reste pour moi le rayonnement, l’élan, le mouvement et je veux pouvoir garder ce mouvement dans ma pensée.


Dans les compositions numériques, je cherche à travers les icônes de ma culture et de la culture occidentale à rendre perceptible ce que je pouvais ressentir comme un artiste chinois en France et par rapport aux autres Chinois dans la Chine actuelle.


JunQin HE




HE JunQin

N?en 1976 ?ShangHai . CHINE
Vit et travaille ?ShangHai et ?Paris

hejunqin2000@hotmail.com
site: "google"---"hejunqin2000"
0033-6-85141189 (France)
0086-21-64281306 (ShangHai)
0086-13166458500

2005-
MASTER 1 (Arts plastiques, l’art contemporain et des nouveaux médias)
Universit?PARIS 8 / France

2002-2005
DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, OPTION ART)
Ecole Nationale Supérieure d’Arts Paris-Cergy / France

1996-2000
Licence d’arts (Peinture ?l’huile)
Ecole Nationale Supérieure d’Art de NanJing(NanKin) / Chine




(image trop grande)

installation
200x128 cm
Paris
2005



huile sur toile
50x80 cm chacune
PARIS
2003






(image trop grande)
(image trop grande)
(image trop grande)
(image trop grande)
(image trop grande)


(image trop grande)
(image trop grande)
(image trop grande)
(image trop grande)




huile sur toile
80x100 cm
1998
NanJing


huile sur toile
80x100 cm
1998
NanJing





Blogs, Correspondants...
Correspondance internationale pour les jeunes
©ART-HE JunQin-Contemporary Chinese Artist /artistes chinois contemporains (Art)    -    Auteur : HE junqin - Chine


10738 visiteurs depuis 2005-06-13
dernière mise à jour : 2006-10-07

Blogs / Pages perso  -  Etudiants du Monde / Students of the World
Etudiants du Monde >> Sites Perso / Blogs >> Art >> Blog #746
Crée ton propre blog (gratuit) !

Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ? - unpublish